dimanche 30 mars 2014

Comment protéger ses données sur Android / iOS / Windows Phone ?

Vu qu'on me posait souvent la question, j'ai décidé de créer une petite présentation avec des liens et infos utiles à ce sujet, à consulter sur SlideShare :

http://fr.slideshare.net/MatthieuOldfield/proteger-ses-donnees#

N'hésitez pas à faire vos remarques ;)

mardi 12 novembre 2013

10 choses à ne pas faire sur un site web de luxe : étude de cas avec LaDuree.com

Mise à jour

Depuis la rédaction de cet article, j'ai eu le privilège d'avoir été entendu et suscité l'intérêt d'une personne chez Ladurée. Celle-ci était bien au courant des écueils du site et avait déjà un projet de mise à jour du site.

Le site a donc eu une nouvelle version. Sur chaque proposition, une mise à jour de mon article a donc été faite.

Ne pas offrir la possibilité d'acheter en ligne le produit phare de la marque

MàJ : depuis mi-décembre, nous pouvons enfin acheter en ligne ! Suite à une expérience un peu mitigée de commande de macarons, il semblerait qu'il y ait encore une confusion entre les commandes passées au téléphone et les commandes en ligne.

Si, ils l'ont fait, ils ont osé, vous ne pouvez pas commander de macarons sur laduree.com. Ou alors, il faut passer par la boutique du marquis et commander des macarons au chocolat...

Ladurée s'imagine préserver son coeur de métier en n'offrant pas la possibilité de commander en ligne. Ladurée s'imagine certainement que cela va détruire sa valeur et son image de luxe exposées en magasin. Mais cela est faux, cela va juste frustrer sa clientèle ultra connectée qui ne comprendra pas pourquoi avec leur téléphone à 1000 EUR, ils ne peuvent pas commander de macarons. Que ceux-ci soient à retirer en magasin, pourquoi pas mais on en viendra à la livraison à domicile. Je rappelle qu'à New-York, il est désormais possible de commander un produit sur eBay et de l'avoir 3 heures plus tard, livré à domicile. Le coursier, généralement en vélo, ira chercher la course en magasin et la livrera à domicile.

En tout cas, moi si je vais sur laduree.com, c'est pour commander des macarons, pas pour autre chose. Si Ladurée me le propose pas, j'irais les commander ailleurs, Fauchon et Pierre Hermé le font très bien.

Laisser le mobile de côté

MàJ : rien de nouveau à signaler de ce côté là.

Ça aussi, il fallait le faire, ils l'ont fait. À l'heure où le trafic de l'internet mobile dépasse celui des PC, laisser le mobile de côté est suicidaire. Heureusement, le site n'est pas en Flash.

Ce qu'on voit avec un iPhone


Penser que l'histoire de la marque intéresse l'utilisateur

MàJ : rien de nouveau à signaler de ce côté là.

Encore une fois, penser que son site web n'est qu'une vitrine est une erreur. Le site web est une boutique. Apple vend la majorité de ses téléphones via son site internet. L'histoire d'Apple n'intéresse pas le visiteur lambda. Idem pour Ladurée, aussi désagréable que cela puisse être à entendre.

Mettre une page d'accueil demandant la langue de l'utilisateur

MàJ : ouf, on ne demande plus sa langue à l'utilisateur.

Comment perdre 20% de son trafic. En mettant une page qui demande la langue de l'utilisateur. La langue est facile à deviner, en regardant les headers transmis par le navigateur web. Un bon site est un site qui ne vous demande pas votre langue mais la devine, en vous laissant la possibilité d'en changer si vraiment nécessaire.

Demander la langue à l'entrée d'un site est inutile


On a évité le pire, la page aurait pu demander le pays, alors là c'est carrément par 2 que vous pourrez diviser le nombre de visites sur votre site. UPS fait ça très bien avec ups.com.

Mettre ses 3 boutiques sous le même nom de domaine

MàJ : c'est toujours le cas mais le choix est intégré dans la page d'accueil donc moins indigeste.

Encore une fois, si je viens sur laduree.com, ce n'est pas pour ses produits de beauté ni pour ses chocolats, c'est pour ses macarons. Donc me demander si je préfère visiter telle ou telle boutique, c'est encore un bon moyen de perdre des visiteurs. D'autant que les logos sont difficilement lisibles et on peine à les distinguer. Ladurée vend des macarons, il se trouve qu'ils vendent aussi des produits de beauté et du chocolat mais ça n'intéresse personne. Demander à un visiteur de choisir entre ses 3 boutiques est une hérésie. Est-il normal que le premier producteur de macarons français se retrouve à la 18ème place sur le terme "macarons" dans Google ?



Imaginer son site comme simple accessoire

MàJ : on peut désormais dire que ce n'est pas ou plus l'esprit de Ladurée.

Chez Ladurée, on a du mal à faire face à la réalité. La réalité voudrait que Ladurée réalise au moins 20% de son chiffre d'affaires grâce à son site web. La réalité est toute autre, cette part doit être bien en deçà de 5%. Cela permet sans doute à Ladurée de justifier ses faibles investissements dans son site web. Mais c'est un cercle vicieux, moins on investit dedans, moins il rapporte, et moins il rapporte, moins on investit dedans...

Mettre le social en header



MàJ : les réseaux sociaux s'y trouvent toujours mais de manière plus discrète et moins invasive. Néanmoins, une meilleure intégration permettrait de développer l'interaction avec les clients / fans.

Alors, comme c'est très à la mode les facebook, les tweetos, et compagnie, on a voulu mettre un volet social media dans le cahier des charges. Voire on n'y avait pas pensé, c'est le prestataire qui a proposé ça parce que ça faisait bien et du coup, il savait pas trop ou le mettre donc il l'a mis dans le header du site. Faux ! Le social, ça se met à des endroits ciblés, au compte goutte. Du genre, j'ai acheté un macaron et j'aimerais le dire à tout le monde. Ou mon macaron préféré, c'est le macaron à la truffe d'oie et ça aussi, j'aimerais que tout le monde le sache. Mettre le social dans le header, c'est un peu comme mettre l'autocollant de son équipe de foot préférée sur le pare-brise, ça fait plaisir aux supporters mais ça gêne la vue et puis c'est pas très beau.

Laisser les apps de côté

MàJ : toujours pareil mais Ladurée en est conscient.

Encore une fois, le mobile est laissé de côté, que ça soit en adaptant son site web ou en créant des applications dans les store. Les gens ont envie de commander via smartphone ou tablette et Ladurée leur dit "non, venez plutôt en boutique ou appelez-nous", après tout y'a une fonction téléphone sur les smartphone non ? Oui, enfin Steve Jobs l'avait dit lui-même, l'iPhone est un ordinateur ultra connecté de poche avec une toute petite fonction téléphone quelque part dedans. Et non l'inverse.

Faire des liens vers d'autres sites web qui ne marchent pas pour vendre un produit...

MàJ : le site a été modifié et ces liens n'apparaissent plus.

Y'a des liens morts, ce n'est pas beau à voir.

404 : http://www.paris.fr/pratique/musees-expos/musee-galliera/p5854



Utiliser des sliders, en veux-tu en voilà

MàJ : ce n'est plus le cas.

Un peu trop de sliders à mon goût. Un bon site qui explique pourquoi les sliders (ou carrousels) sont à utiliser avec parcimonie ou à proscrire tout simplement.

En conclusion

MàJ : avec la possibilité d'acheter des macarons en ligne, Ladurée fait un bond en avant non négligeable. La prochaine étape devrait être la présence mobile avec une webapp, une application iOS, Android (Windows).

Mais à quoi devrait ressembler le site de Ladurée alors ? Ladurée doit comprendre que sur le web, il doit ressembler à sushishop.fr.

Il n'est jamais simple, quand on s'appelle Ladurée, de se dire que le web sera bientôt sa principale source de revenus.

Les prochaines étapes pour Ladurée :
  • constituer une équipe "numérique", interne de préférence
  • gérer une livraison à domicile pour le grand nombre, une première étape consisterait à limiter au retrait en magasin sur quelques magasins
  • se centrer sur les versions nouveaux terminaux, mobiles et tablettes avant même la version PC
Fort de plus de 100 000 like sur Facebook, avec un savoir-faire traditionnel reconnu, il est dommage qu'une des plus belles entreprises artisanales de France n'ait pas une présence numérique à la hauteur de son image. Espérons que ça change...

mercredi 12 septembre 2012

b-and-you ou comment payer 400 EUR pour 40 Mo de données !

Récemment passé chez b-and-you et voyageant souvent à l'étranger, j'ai eu la désagréable surprise de constater un hors forfait de plus de 500 EUR au mois d'août dernier constitué majoritairement d'un hors forfait data de presque 450 EUR ! Voyez vous-même :



La zone B étant en fait Montréal où j'ai passé quelques jours... La zone A correspondant à Vienne.

Ayant déjà voyagé à l'étranger avec mon forfait b-and-you, j'avais reçu des SMS de notifications des tarifs. Jusqu'à peu, les tarifs pour la data étaient indiqués en ko. C'est un peu comme si le prix à la pompe était indiqué par millilitre. Ça donne une impression de bon marché mais c'est réellement hors de prix. Rions un peu...


0,001 EUR au Ko, ça équivaut à... 1048,576 EUR le Go (0,001 x 1024 x 1024 car 1 Mo = 1024 Ko et 1 Go = 1024 Mo).

Puis, voici  le message d'information très clair quant au prix de la data au Canada  :



Notons que j'ai reçu ce message 6 fois pendant les 2 jours où je suis resté là bas. Là aussi, b-and-you fait fort.

On peut parler d'un manque d'information.

Théoriquement, une telle surprise en découvrant sa facture n'est pas possible. En effet, l'opérateur doit envoyer un SMS de notification dès qu'un certain seuil de hors forfait est dépassé. De plus, le hors forfait est alors bloqué et l'abonné doit débloquer son forfait en se connectant à son compte ou en renvoyant un certain mot clef par SMS. Chez b-and-you, ce montant est fixé en Mo (70 par défaut et peut-être modifié à volonté) et non en EUR.

Ce n'était pas mon cas... J'aurais du recevoir un SMS et je ne l'ai pas reçu enfin si mais pas tout à fait celui auquel je m'attendais (suspens). Voici le SMS envoyé par b-and-you en cas de dépassement de seuil à l'étranger :


Pas très clair en termes de prix. Après avoir exprimé le prix de la data au Ko, b-and-you exprime le hors forfait en Mo.

Je contacte donc le service client pour demander le remboursement...



Puis, voici la réponse de leur service client après avoir envoyé un courriel à ce sujet via le formulaire de contact disponible depuis leur selfcare :



On peut constater que leur réponse est hors sujet. Je ne conteste pas que la consommation a été faite depuis ma ligne. Et après, comme si de rien n'était, leur service client laisse entendre que c'est certainement de ma faute.

Après avoir vérifié les options sur mon contrat (que je n'ai pas modifié depuis l'ouverture de la ligne), je constate que cela est... faux.



En fait, je parle en hors forfait en EUR et le conseiller me parle en hors forfait en Mo.

Même s'il est vrai que b-and-you a appliqué sa logique de prévention par SMS, celui-ci aurait du se déclencher sur un seuil en EUR et non en Mo. Sinon, dans le cas où le Go coûte 10 000 EUR, on en vient à des factures de 400 EUR pour 40 Mo, le hors forfait est bien bloqué au delà mais il est déjà trop tard. On notera que contrairement à ce qui est indiqué sur leur site, l'arrêt est déclenché dès 40 Mo au lieu de 5 Mo comme indiqué. Ce qui prouve bien que b-and-you ne maîtrise absolument pas la gestion des hors forfaits.

Après m'être exprimé durement sur leur compte Twitter, un conseiller m'a contacté et m'a indiqué qu'ils procéderaient à une rectification sur ma prochaine facture. Geste salué sur le coup mais non suivi d'action un mois après. Ma facture de septembre ne comporte aucune annulation.

En conclusion, on peut constater plusieurs aberrations chez b-and-you :
  • L'indication des tarifs de la data au Ko.
  • L'indication des dépassements de seuil en Mo et non en EUR.
  • Le blocage se fait à partir de 40 Mo au Canada et non 5 Mo comme indiqué sur leur site. De quoi faire un hors forfait de 400 EUR au lieu de 50 EUR.
  • Un traitement par email lamentable des plaintes clients.
  • Une promesse non suivi d'action (on appelle ça un mensonge) de la part de ses community manager.
On peut penser que b-and-you pratique des tarifs exorbitants sur la data à l'étranger (10 000 EUR le Go au Canada) mais c'est son droit. En revanche, informer le client et mettre en place des mécanismes pour éviter de le mettre dans cette situation (imaginez si quelqu'un gagnant le SMIC se retrouvait avec une facture de 500 EUR...), c'est son devoir.

J'espère toujours une réponse de cet opérateur mais étant donné l'accumulation d'erreurs et de manquements, je pense qu'il est bon d'en informer le reste de leurs clients ou futurs clients. Qu'ils savent à quoi s'attendre.

MàJ

 B-and-you a finalement remboursé 350 EUR sur la facture. Merci à eux.

 

mercredi 1 août 2012

Qu'attendre de la prochaine keynote d'Apple ?

La prochaine keynote d'Apple aura lieu le 12 septembre, selon les dernières rumeurs. Qu'attendre de cette keynote ?

iPhone 5 - c'est sûr, mais quelles fonctionnalités ?

Un écran plus haut. C'est certain, les derniers smartphones qui ont fait un carton avaient tous un écran plus grand (le Note, le S3, etc). Néanmoins, un écran plus large aurait été apprécié...

Une puce NFC. Le Samsung Galaxy S3 en intègre déjà une, ainsi que le dernier Nexus S de Google. La technologie commence à faire son apparition un peu partout dans le monde et il n'est pas certain qu'Apple puisse retarder son intégration encore longtemps. Toutefois, Apple a plutôt tendance à intégrer une technologie une fois que celle-ci est éprouvée (facetime ne sera disponible en data qu'à partir du moment où la 4G sera déployée et ne l'a pas été en 3G car l'expérience était jugée trop décevante) ainsi il se peut qu'ils gardent cela pour le 5S.

La 4G. Une évidence... De plus, la technologie est déjà sortie au sein du dernier iPad.

Un iPad mini ? Pourquoi pas, mais...

Avec le succès de son Nexus 7, Google voit son avenir dans le secteur des tablettes s'éclairer. Apple avait frappé un grand coup avec la sortie du nouvel iPad en mars, en proposant son ancien modèle dès 400 dollars. Néanmoins, le Nexus 7 est 2 fois moins cher et certains pourraient être intéressés par l'économie réalisée. En effet, le Nexus 7 fait partie de ces appareils "80-50", c'est-à-dire réalisant 80% des fonctionnalités attendues, pour la moitié du prix. Cependant, Steve Jobs était plutôt contre cette idée et il est improbable qu'Apple ait pu concevoir et produit un iPad mini en si peu de temps après sa mort. Je rejetterai donc cette idée et si iPad mini il y a, ça serait plutôt pour l'année prochaine...

En conclusion...

Les espérances sont là mais pour la seconde année consécutive, Apple aura du mal à être à la hauteur des attentes. L'innovation avec un grand I (n'en déplaise à Apple) ne sera pas au rendez-vous. La seule distinction visible entre l'iPhone 4 et le 5 sera sa longueur, aussi ai-je du mal à croire que cela sera suffisant pour celles et ceux qui aiment afficher leur (soit-disant) différence en arborant fièrement leur nouveau hochet technologique. Peut-être devraient-ils enfin lancer des couleurs d'iPhone différentes, à la manière de l'iPod. Mais lancer un produit avec des couleurs différentes, cela a un coût et il n'est pas certain que Tim Cook ait la même liberté que Steve Jobs (qui avait décidé de lancer le premier iMac en 5 coloris différents, seulement 6 mois après la sortie de sa première version et sans aucun business plan, une première dans le monde technologique).

mardi 22 novembre 2011

Comment importer proprement ses contacts (Outlook ou autres) dans Gmail Contacts

Cet article vous explique comment importer vos contacts depuis un fichier CSV vers Gmail Contacts. Ayant été confronté à la problématique et n'ayant pas trouvé la réponse simplement, j'explique donc ci-après comment réussir son importation, à tous les coups.

Depuis Gmail Contacts, commencez par créer un contact, si vous n'en avez pas déjà. Il n'est pas obligatoire de renseigner tous les champs mais renseignez au moins ceux que vous voudrez importez. Si pour vous, le numéro de fax est important, renseignez le dans ce faux contact, ceci afin de pouvoir identifier facilement les champs importants plus tard.

Ensuite, exportez votre contact dans le format CSV pour Google (et non pour Outlook).

Ouvrez le fichier avec Excel, si vous avez une version française d'Excel, vous devriez avoir quelque chose d'assez indigeste de la forme suivante :


Rien d'inquiétant, il suffit de mettre en forme les données en indiquant à Excel que les virgules sont des séparateurs de colonnes. Pour cela, sélectionnez les 2 cases (A1 et A2 normalement), allez dans l'onglet ou le menu "Données" > "Convertir", choisissez "Délimité", faites "Suivant", et cochez uniquement la virgule puis cliquez sur "Fin". Vous devriez alors avoir le résultat suivant :


Ensuite, sous chacun des champs, copiez les valeurs correspondantes de votre CSV initial dans lequel vos colonnes pouvaient porter des noms incompris par Google. Par exemple, Google Contacts ne comprendra pas le nom de la colonne "Mobile" mais comprendra son équivalent Google "Phone 1 - Value". A vous d'utiliser votre bon sens pour associer les valeurs aux bonnes colonnes dans le fichier CSV exporté depuis Google Contacts.

Exemple, si vous aviez un fichier de contacts qui ressemblait à ça :


Alors, en l'intégrant au fichier exemple de Google Contacts, ça va ressemblez à ça en début de fichier :


Et en fin de ligne... Google Contacts ajoute des champs par défaut pour assigner vos contacts à un groupe par défaut et définir le type de champ "mobile" donc vous devrez les recopier pour chacune de vos lignes, ainsi, après avoir coller vos champs persos, dans l'exemple ci-dessous, le champ mobile, vous devrez aussi copier le type de champ, ainsi ceci :


Deviendra cela :


Vous voila presque prêt(e) à importer vos contacts. A partir d'ici, faites un enregistrement en format CSV de votre fichier. Excel vous avertira que vous allez perdre la mise en forme et patati et patata, bref, ne vous laissez pas faire et enregistrez le bien au format CSV. L'Excel français a la mauvaise manie de vous obliger à utiliser le point virgule comme séparateur, ce que n'accepte pas Google Contacts. Ainsi, une fois enregistré au format CSV, ouvrez votre fichier avec un simple éditeur de texte et remplacez tous les points virgules par des virgules (généralement dans le menu Edition > Rechercher > Rechercher et remplacer).

Vous passez ainsi de ceci :


A cela :


N'oubliez pas d'enregistrer le fichier une fois le remplacement fait.

A partir d'ici, ce n'est que du bonheur, vous n'avez plus qu'à faire une importation dans Google Contacts via le menu suivant "Plus > Importer" depuis "Contacts" :


Vous sélectionnez votre fichier CSV que vous venez de retoucher et le tour est joué.

Votre belle liste de contacts est désormais importée proprement, tous les champs vous intéressant étant renseignés correctement dans Google Contacts.

Vous pouvez compléter cette importation par une synchronisation de vos contacts avec votre mobile, le tutoriel de Google étant bien expliqué pour cette partie, il m'est inutile de le reprendre.

mardi 4 octobre 2011

Le marketing jetable ou comment tuer les bonnes idées

En me rendant chez Monoprix récemment, je me suis aperçu que la réduction qui est normalement octroyée lors de l'achat d'un sandwich, d'un dessert et d'une boisson n'avait pas été appliquée. En y regardant de plus près, je me suis rendu compte que Monoprix avait changé l'offre en proposant désormais des formules à 5, 7 et 9 Euros. Ces formules vous obligent notamment à inclure le plus possible de produits "Monop" dans votre formule pour pouvoir s'appliquer. On voit clairement ici l'intention de Monop d'augmenter leurs marges en refusant d'appliquer une réduction pour ceux qui choisissent des produits de marque d'un côté et en forçant les clients à "préférer" leurs produits à ceux des marques de l'autre.

Autre exemple, à la Fnac, la carte de fidélité offrait aux clients 3 points et aux jeunes 5 points, pour tout achat réalisé, qu'il soit de 1 EUR ou de 100. La Fnac récompensait ainsi la visite elle-même et non le panier moyen, en espérant que celui qui viendrait acheter ses livres viendrait aussi y acheter sa télé le jour venu. Pour 50 points, la Fnac offrait un chèque cadeau de 10 EUR, plutôt pas mal ! L'offre fut ensuite modifiée pour offrir aux jeunes seulement 3 points. Puis, elle fut à nouveau modifiée pour offrir des points en fonction du panier client. Ainsi, l'achat était récompensé différemment suivant son montant. Aujourd'hui, 1 EUR = 10 points et 4000 points = 10 EUR, ainsi vous faudra t-il débourser 400 EUR (moitié moins si vous achetez beaucoup de jeux-vidéo) pour obtenir 10 EUR. Autant dire une augmentation importante des marges de la Fnac qui se traduit par une carte de fidélité beaucoup moins intéressante.

Et ces exemples se comptent par milliers. Une bonne idée marketing est une idée bonne pour le client, bonne pour l'entreprise qui la met en place. Tant que l'équilibre est respecté, les 2 parties continueront à y trouver leur compte. En touchant à un produit marketing, il faut aussi prendre en compte son historique et son contexte. Certes, réduire les points d'une carte de fidélité, ou favoriser les produits "maison" va augmenter les marges de l'entreprise. Mais qu'en est-il de l'impact de ces modifications sur le taux de fidélité de ces clients, sur le CA généré, etc ?

Dans ce système, les chefs de produit marketing seront même récompensés d'avoir su augmenter les marges à leur niveau et interviendront donc à nouveau pour modifier encore le concept, jusqu'à ce qu'il n'en reste plus que des miettes. A ce stade, un autre chef de produit tirera la sonnette d'alarme et viendra avec une nouvelle idée pour remplacer l'ancienne. Cette dernière idée sera à nouveau revue et corrigée jusqu'à ce qu'à nouveau, il n'en reste que des miettes.

A l'autre extrême, il existe des sociétés qui ne modifient rien à certains concepts de base car elles ont compris que "la vérité est ailleurs". Par exemple, des entreprises comme Free ou comme leboncoin.fr vont faire preuve d'une certaine immobilité dans leur offre ou dans leur présentation. Une offre unique à laquelle, à l'inverse de diminuer l'intérêt pour le client, on l'augmente à chaque fois. Free offre à ses clients toujours plus, pour le même prix (ou presque si on regarde la nouvelle box). Leboncoin.fr n'a pas changé sa page d'accueil depuis le début pratiquement et s'enrichit chaque jour de nouvelles catégories.

Aussi, faut-il un juste équilibre entre les intérêts de l'entreprise et les intérêts du client. Dans un monde idéal, les intérêts seraient exactement les mêmes.

Cette conception du marketing jetable est erronée et lui confère une très mauvaise image, pire encore, elle confère une piètre image de votre entreprise. Si à votre niveau, vous vous rendez compte que vous passez plus de temps à modifier un concept existant qui fonctionne pour petit à petit le réduire en miettes qu'à créer de nouveaux produits ou concepts dans l'intérêt de vos clients, il est grand temps de changer d'entreprise.

vendredi 5 août 2011

iPhone 5 : les fonctionnalités attendues & annoncées

L'iPhone 4, c'est bien. L'iPhone 5, c'est mieux. Petit tour d'horizon des fonctionnalités que j'attends de ce nouveau modèle. L'annonce prématurée de l'iOS 5 n'empêchera certainement pas Apple de sortir d'autres nouveautés, notamment matérielles, lors de la sortie du nouveau modèle. Et oui, il faut bien vendre la bête à coups de nouveautés :)

Une coque arrondie

L'iPhone 3 avait une coque arrondie et la prise en main était plus agréable, on sentait le téléphone intégré à la main, la coque plate nous donnant trop l'impression de fragilité dans sa prise en main. Espérons donc que l'iPhone 5 signe le retour de la coque arrondie.

NFC

Habituellement, les nouvelles versions de l'iPhone sortent en juin alors pourquoi l'iPhone 5 est-il annoncé en octobre 2011 ? Peut-être que, suite à la sortie du Nexus S embarquant une puce NFC et connaissant un succès grandissant (voir les commentaires largement en sa faveur de mon précédent article iPhone 4 vs Nexus S), Apple s'est décidé à intégrer une puce NFC dans son prochain modèle, chose peut-être pas prévue initialement. L'ajout d'un nouveau composant étant toujours une étape douloureuse (mais où va t-on le mettre ?), on peut imaginer qu'un délai supplémentaire a été nécessaire. Cela dit, 4 mois, c'est peu de temps pour intégrer un composant à la dernière minute. Je pense donc que l'iPhone 5 n'intègrera pas de puce NFC.

Empreinte digitale

Je trouve très contraignante la saisie de 4 chiffres à chaque déverrouillage de l'iPhone 4. Une reconnaissance de notre empreinte digitale serait tellement plus simple. J'avais essayé cette technologie sur un Sony Vaio à l'époque et je dois dire qu'elle m'avait énormément séduite.

Menu rapide pour Wi-Fi / Bluetooth, etc

Activer ou désactiver le Wi-Fi est bien fastidieux, un menu rapide accessible en haut de l'écran serait tellement plus sympathique...  En même temps, si la gestion du Wi-Fi était plus efficace, nous n'aurions pas à l'activer / désactiver tout le temps. Je parle des fenêtres intempestives de choix de réseau Wi-Fi dès qu'on change d'endroit ou qu'on lance une application.

Sa musique dans le cloud

Cette fonctionnalité ne me serait que peu utile, étant déjà abonné chez Spotify et n'utilisant par iTunes. Je ne comprends pas les gens qui souhaitent "détenir" un morceau de musique numérique. Le fait même qu'il soit reproductible à l'infini retire toute notion d'appartenance. Il est alors évident qu'on paie pour un service (il faut payer les serveurs, le personnel, etc

Tuer toutes les applis d'un coup

Parfois, l'iPhone ralentit et en tuant toutes les applications, on sent qu'il respire à nouveau. Un bouton "kill all" serait donc le bienvenu.

Meilleure gestion des notifications (à la Android)

Cette fonctionnalité a été annoncée dans l'iOS 5 et est effectivement un point fort de l'OS Android. Toutes les notifications (SMS, email, appel, etc) au même endroit, cela me semble une bonne chose :)


Voila, et vous, qu'attendez-vous de ce nouvel iPhone 5 ?

CV Matthieu Oldfield